DISCUSSION AVEC CÉCILE RABHI, ARTISTE PLASTICIENNE DE LA RUCHE AUX ARTISTES

DISCUSSION AVEC CÉCILE RABHI, ARTISTE PLASTICIENNE DE LA RUCHE AUX ARTISTES

Nous avons rencontré, Cécile, artiste avec qui nous travaillons chez La Ruche Aux Artistes pour développer des animations innovantes autour de la scénographie et les Arts plastiques. Apprenez en plus sur elle et son parcours atypique. 

• Peux-tu nous expliquer ton parcours en tant qu’artiste ?

Tout d’abord mon parcours a commencé par la musique car j’ai commencé à jouer des percussions dès l’enfance et j’ai décidé plus tard d’en faire mon métier.

J’ai donc suivi une formation au CIM (école de jazz à Paris) et fait de nombreux stages d’apprentissage de percussions traditionnelles avec des musiciens connus pour leur talent dans ce domaine.

Ce qui m’a permis de travailler ensuite comme accompagnatrice pour la danse africaine en France et la danse contemporaine, à Londres notamment, pendant des années. 

En parallèle je jouais dans des groupes pour la scène, fait de la composition, enregistré des Cds, dont un chez un label nantais.

Intermittente du spectacle, j’ai aussi travaillé dans la compagnie Attraction de Johan Le Guillerm, une grande figure du cirque contemporain, pour une tournée en Europe et au Japon, ce qui fut une experience artistique et humaine intense.

 

Ensuite, en voulant essayer de nouvelles choses, j’ai commencé à travailler le graphisme animé avec un logiciel d’animation, et j’ai trouvé ça ludique tout en offrant beaucoup de possibilités de création.

J’ai eu l’opportunité de faire des stages de scénographie numérique et mapping vidéo, et découvrir différentes façons d’utiliser la projection vidéo.

C’est donc de cette façon que j’ai commencé à créer ce que je fais aujourd’hui, c’est à dire la projection de graphismes animés sur des formes en matière ajourée (ou treillis), ce qui produit des effets visuels d’expansion dans l’espace, qui peut ressembler à de l’holographie.

• Quel est ton cœur d’activité et de création aujourd’hui ? Peux-tu nous expliquer le principe ?

Ce que je propose est une interaction entre art plastique (des tubes en matière ajourée) et art numérique (graphismes animés en projection vidéo) qui crée un objet décoratif et technique.

La projection vidéo traverse les tubes, ça redessine les graphismes et donne un effet visuel esthétique et ludique .

Aujourd’hui je propose ça pour l’événementiel, parce qu’il y a clairement une demande pour capter l’attention des gens. Le public adore se photographier devant des objets originaux, déambuler autour d’oeuvres attractives qui suscitent la curiosité et qui peuvent créer des moments à immortaliser.

Je peux proposer mes créations sur de la scénographie d’événements ou de spectacle mais aussi en décoration artistique ou comme support de communication (projection de logos par exemple).

Le principe est modulable et adaptable à différents lieux en tenant compte du fait que cela ne convient pas en lumière de jour, c’est de la vidéo, avec ses contraintes techniques.

Donc aujourd’hui je propose ça pour l’événementiel, parce qu’il y a clairement une demande pour capter l’attention des gens. Le public adore se photographier devant des objets originaux, déambuler autours d’œuvres attractives qui suscitent la curiosité et qui peuvent créer des moments à immortaliser. 

Je peux proposer mes créations sur de la scénographie d’événements mais aussi en décoration artistique. 

• Quel difficultés rencontres-tu en tant qu’artiste ?

Dans ce cas il vaudrait peut-être mieux parler d’artiste-entrepreneur,

comme toujours, il faut savoir vendre son produit ou son service. Donc, en ce moment je me lance, alors il faut cette patience et cet investissement important mais je suis plutôt confiante (on en reparlera plus tard !), j’ai eu de bons retours, il y a un côté innovant qui peut être un atout, ou une difficulté pour d’autres.

Après il faut multiplier les contacts pour que les gens pensent à vous quand un projet se met en place.

Et je pense qu’il est plus utile de rencontrer les gens et créer des relations de confiance, je ne crois pas beaucoup aux réseaux sociaux dans ce domaine, même si il vaut mieux y être quand même…

• Quel est la partie la plus intéressante dans ton travail ?

Je pense que c’est surtout la partie graphique parce que c’est là où il y a le plus de création . Il y a plein de choses à imaginer, on peut créer des ambiances et des atmosphères très particulières.

Et je pense que cela peut être une proposition pour changer ce conformisme qu’il y a souvent en événementiel par exemple.

• Qu’est ce qui te plaît dans le système de fonctionnement de La Ruche ?

Ce qui me plait est de pouvoir faire des rencontres qui peuvent être constructives, d’avoir d’autres opportunités de montrer mon travail (qui n’est pas facile à décrire) et de créer une synergie avec d’autres personnes.

Personnellement je trouve que le monde de la Culture en France a de moins en moins de moyens financiers, et il devient de plus en plus difficile de vivre de son art.

 

C’est pourquoi le concept de la Ruche me semble intéressant, car il crée des ponts avec le monde de l’entreprise qui peut permettre à des disciplines artistiques de fournir des emplois dignes de ce nom.

C’est à tenter en tous cas !

Posez nous
vos questions